Xenelys Cosmeceuticals  - Message ou slogan
RSS Devenir Fan

Articles récents

Les fibres alimentaires bonnes pour les athlètes
poivron farcie au thon et yaourt
La salade verte un alimentsanté qui cache son jeu
La banane ferait grossir ? soyons sérieux
le lait concentré: Aliment de récupération du sportif

Articles les plus populaires

Carnosine: le nouveau resveratrol ?
Bien dormir, bien manger ou les bienfaits de la paresse
le resveratrol serait bon pour les muscles ?
Le resveratrol: la fin d'un mythe?
Les tomates vertes feraient maigrir ?

Catégories

bien être
l'aliment de la semaine
Nutrition Diabète Sport
Recette de la semaine
Santé

Archives

juin 2017
mai 2017
avril 2017
mars 2017
février 2017
janvier 2017
décembre 2016
novembre 2016
octobre 2016
septembre 2016
juillet 2016
juin 2016
mai 2016
avril 2016
mars 2016
février 2016
janvier 2016
décembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
août 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
février 2015
janvier 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
février 2014
janvier 2014
décembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
août 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012

fourni par

Nutrition

polyphénoles et médicaments ne font pas bon ménage

Le programme national nutrition santé, le PNNS, nous affirme qu’il faut manger 5 portions de fruits ou légumes par jours pour notre santé.  Cette affirmation vient d’études épidémiologiques qui montrent que dans une population se nourrissant de fruits ou légumes, les incidences de maladies cardiovasculaires ou de certains cancers étaient fortement diminuées.

Le boom de la phytothérapie ainsi que la tendance prononcée de supplémenter son alimentation de certains extraits végétaux, n’est cependant pas sans risques.
fleurs de Rhodiola rosea dans notre produit de soin des mains
Une étude récente, montre que les anthocyanes et l’acide phénolique, deux composants majeurs des fruits et plantes, peuvent provoquer de graves interactions médicamenteuses.
L’acide phénolique est présent dans de nombreux fruits, légumes et boissons comme le  café ou le thé. 

Les anthocyanes sont fortement exprimés dans les fruits rouges (fraises, raisin, myrtilles, prunes, oranges sanguines etc…) mais aussi dans le vin rouge.
crannberry dans notre produit de soin des mains
Leur consommation journalière est estimée en moyenne de 3 à 215 mg. Bien que les anthocyanes aient une faible biodisponibilité, leur produit de dégradation est l’acide phénolique.
L’acide phénolique a des effets reconnus sur la prévention de maladies cardiovasculaires, ce qui expliquerait les bienfaits du vin rouge responsable du très célèbre « french paradox ».
Les toxines et médicaments, sont transformés dans le foie pour ensuite permettre leur excrétion dans les urines par les reins. Pour cela les toxines subissent de nombreuses transformations pour permettre leur transport à travers le tubule rénal grâce à des protéines spécialisées reconnaissant ces molécules et facilitant leur passage à travers les lipides membranaires.
Si l’activité d’un transporteur est activée ou bloquée, les toxines sont alors plus ou moins bien éliminées, augmentant ou diminuant leur présence dans la circulation sanguine et donc leur action sur l’organisme.
Les transporteur OAT1,3,4  (organic anion transporters) sont exprimées dans le tubule rénal.
Une inhibition de l’activité de OAT1 par l’acide caféique (présent dans le café), diminue la « clairance » de certains antiviraux, augmentant alors les effets secondaires du fait d’une action prolongée dans l’organisme.
L’étude en question montre que l’acide phénolique, l’acide gallic et l’acide gentisic sont de puissants inhibiteurs des transporteurs OAT1 et OAT3.
L’acide gentisic est le principal produit de dégradation du salicylate, l’un des antiflammatoires non stéroïdiens le plus prescrit (le plus connu l’aspirine). La prise d’une aspirine pour un mal de tête peut alors avoir des conséquences sur l’élimination d’un autre médicament, amplifiant ainsi ses effets secondaires.
Les polyphénols dont on nous vente les bienfaits nutritionnels ne sont donc pas à prendre à la légère lorsque l’on suit un traitement, même dans le cas d’automédication.

La simple prise d’un thé, café ou smoothie peut avoir des conséquences sur l’activité d’un médicament. Il faut donc demander conseil à son pharmacien et lorsque c’est possible, prendre le médicament à jeun pour se prémunir d’éventuels effets secondaires.


Biochem Pharmacol. 2012 Oct 15;84(8):1088-95. doi: 10.1016/j.bcp.2012.07.027. Epub 2012 Jul 31
 

0 commentaires pour polyphénoles et médicaments ne font pas bon ménage:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment