Xenelys Cosmeceuticals  - Message ou slogan
RSS Devenir Fan

Articles récents

caféine: absorption et élimination
Diète alternée et changements métaboliques
Les polyphénols: absorption et effets sur l'organisme
Les fibres alimentaires bonnes pour les athlètes
poivron farcie au thon et yaourt

Articles les plus populaires

Carnosine: le nouveau resveratrol ?
Bien dormir, bien manger ou les bienfaits de la paresse
le resveratrol serait bon pour les muscles ?
Le resveratrol: la fin d'un mythe?
Les tomates vertes feraient maigrir ?

Catégories

bien être
l'aliment de la semaine
Nutrition Diabète Sport
Recette de la semaine
Santé

Archives

décembre 2017
novembre 2017
juin 2017
mai 2017
avril 2017
mars 2017
février 2017
janvier 2017
décembre 2016
novembre 2016
octobre 2016
septembre 2016
juillet 2016
juin 2016
mai 2016
avril 2016
mars 2016
février 2016
janvier 2016
décembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
août 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
février 2015
janvier 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
février 2014
janvier 2014
décembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
août 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012

fourni par

Nutrition

Pourquoi je ne dirai pas à mes enfants d'être chercheur


fête de la science C’est le début aujourd’hui de la fête de la science en France  mais la science est elle vraiment à la fête en France ? Combien de chercheurs français font partis des leaders d’opinion, de ceux que l’on suit ? Très (trop) peu malheureusement.


La recherche en France est fractionnée en multiples organisations que sont le CNRS, L’INSERM, L’INRA et les Universités pour ne parler que des plus gros.

Ce fractionnement à mon sens n’est plus efficace pour répondre aux enjeux de demain et les processus de financement et de recrutement ne sont plus adaptés. 

(Campus Universitaire Paris VII)
Campus de Jussieu

Lorsque j’ai passé ma thèse de biologie avec en prime une mention très bien, je me suis tout à coup retrouvé livré à moi-même mais avec de grandes ambitions. Je suis alors parti en Grande Bretagne, qui me semblait très dynamique et qui permettait, à qui avait les ambitions, de développer sa carrière. J’étais alors devenu « Post-Doc » !


(Campus universitaire de Dundee)
campus de Dundee Les compagnons du devoir visites plusieurs ateliers afin d’y apprendre un savoir faire, le post-doc est un peu le compagnon du devoir scientifique sauf que la transmission de savoir faire n’existe pas et qu’il apprend de soi même. C’est un peu la petite main du directeur de labo, à qui on demande de développer des techniques, d’avoir des idées, d’écrire des papiers, d’encadrer des étudiants. J’étais donc tout ça à la fois mais il me manquait encore une étape à franchir, celle de « Lab head », celle qui vous donne tous les pouvoirs, puisque vous êtes le seul à détenir les secrets pour obtenir tels ou tels financement qui permettra de payer « vos gens »,les post-docs.

Pour pouvoir devenir « lab head » dans le système "anglo-saxon", vous devez être patient, avoir de très bonnes publications et un jours rencontrer un chef de département prêt à vous accueillir, mais à la seule condition que vous puissiez trouver des financements pour payer « vos gens ». Système certes élitiste mais qui donne sa chance à tout le monde. Le système français est plus sournois et plus complexe pour celui qui c’est éloigné depuis longtemps de sa mère patrie ;=)

Pour optimiser vos chances d’être recruté dans un organisme de recherche, il est conseillé de ne pas partir en post-doc trop loin, un pays limitrophe est le meilleur choix. Vous pourrez alors plus facilement entretenir des liens avec votre ancien laboratoire. C’est important pour être informé des changements administratifs, de connaitre la meilleure (la plus facile) commission de recrutement voir de connaitre le nom du président de cette commission. Vous pourrez alors négocier une place dans votre ancien laboratoire ou dans un laboratoire « amis ». Vous serez alors accompagné pour préparer votre dossier et votre orale devant la commission. Idéalement, votre ancien patron connait très bien le président de la commission ;=) 

C’est du recrutement par consanguinité et ce n’est pas la meilleure façon pour dynamiser un système.

Vous étés recruté ! Bravo ! Vous allez maintenant devoir faire de l’enseignement si vous êtes à l’université ou un peu de recherche et beaucoup de paperasse si vous êtes ailleurs. Vous n’avez pas d’obligation de résultats, votre salaire ne dépend pas de votre capacité à publier. Vous pouvez également gérer votre emploi du temps comme il vous plait !

Vous êtes » lab head », Bravo ! Vous avez obtenu votre premier financement auprès d’un organisme caritatif. Vous avez beaucoup d’argent et vous devez d’abord  recruter des personnes, installer votre laboratoire et vous mettre au travail ! Votre premier financement est de 3-5 ans, vous avez une obligation de résultats car cela conditionne l’obtention du prochain contrat. Vous allez vivre à ce rythme pendant une petite dizaine d’année avant que l’université dont dépend votre institut ne vous accorde la saint graal, un post de » Lecturer ».
Lecturer, vous pouvez donner des cours et faire de la recherche, et si vous êtes un chercheur performant, vous pouvez même ne plus donner de cours…


J’ai passé une thèse en 1997 dans une grande université avec une mention très bien et un prix de thèse. Je suis parti à l’étranger faire trois post docs avec les contraintes que cela représente, j’ai souvent travaillé les week-ends, la nuit, souvent plus de 50h par semaines et j’ai aussi rencontré des gens fabuleux. Je n’ai pas su entretenir les bons liens avec mon laboratoire français et me voilà maintenant « trop vieux » à 45 ans pour pouvoir espérer continuer ma recherche. Voilà pourquoi je ne dirai pas à mes enfants d’être « chercheur ».   

campus de Strasbourgcampus d'harvard  campus universitaire de Strasbourg










Campus d'Harvard

5 commentaires pour Pourquoi je ne dirai pas à mes enfants d'être chercheur:

Commentaires RSS
duppatta.eu5.org/ on mardi 9 octobre 2012 18:10
Very interesting many thanks, I presume your readers would likely want more reviews along these lines continue the great effort.
Répondre au commentaire


insight on mardi 16 octobre 2012 17:28
A very informative site. The way you have share this information is really very appreciative. Hope to see more on this topic here. Thanks for posting this information here.
Répondre au commentaire


xenelys on samedi 20 octobre 2012 08:49
Thank you for your comments.It is encouraging and will keep me going this way. It is not easy to be a scientist and live from his passion but this way keeps me reading papers and I like it. Thanks a lot
Répondre au commentaire


Grayson on dimanche 12 février 2017 07:33
Hello, this ѡeekеnd is nice for me, ƅecause this рoint in time i am reading this աonderful informative post here at my һouѕe.
Répondre au commentaire


Scholl on jeudi 16 février 2017 18:12
Amazing! Its really amazing paragraph, I have got much clear idea concerning from this piece of writing.
Répondre au commentaire

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment