Xenelys Cosmeceuticals  - Message ou slogan
RSS Devenir Fan

Articles récents

Les fibres alimentaires bonnes pour les athlètes
poivron farcie au thon et yaourt
La salade verte un alimentsanté qui cache son jeu
La banane ferait grossir ? soyons sérieux
le lait concentré: Aliment de récupération du sportif

Articles les plus populaires

Carnosine: le nouveau resveratrol ?
Bien dormir, bien manger ou les bienfaits de la paresse
le resveratrol serait bon pour les muscles ?
Le resveratrol: la fin d'un mythe?
Les tomates vertes feraient maigrir ?

Catégories

bien être
l'aliment de la semaine
Nutrition Diabète Sport
Recette de la semaine
Santé

Archives

juin 2017
mai 2017
avril 2017
mars 2017
février 2017
janvier 2017
décembre 2016
novembre 2016
octobre 2016
septembre 2016
juillet 2016
juin 2016
mai 2016
avril 2016
mars 2016
février 2016
janvier 2016
décembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
août 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
février 2015
janvier 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
février 2014
janvier 2014
décembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
août 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012

fourni par

Nutrition

Travail de nuit et obésité, un peu de graisse dans l'horloge

Travail de nuit et obésité.

 

Les dérèglements hormonaux et métaboliques dues au travail de nuits commence à être de plus en plus étudier. Lorsqu’on travail de nuit on a tous  subit le « night shift syndrome » qui consiste à manger des aliments pas toujours « light» mais plutôt riches en graisses et glucides. Des repas faciles à prendre et qui nous maintiennent éveillé du fais de leur saveur sucrée.


L’horloge interne principale est présente dans notre cerveau. C’est elle qui est sensible aux alternances jours/nuit par exemple. Des horloges internes sont présentes dans d’autres tissus et sont réglées différemment en fonction du ^rôle métabolique de chacun.

ARNTL et CLOCK sont les deux gènes au cœur de ces horloges. Ces deux protéines se lient sur des gènes pour en contrôler leur expression.

La principale horloge est localisée dans notre cerveau et la suppression de cette horloge conduit à un dérèglement des alternances sommeil-éveil. Cette horloge est également présente dans d’autres tissus. Par exemple La surpression du gène Arntl dans le pancréas conduit à une intolérance au glucose du fait d’une baisse de la sécrétion d’insuline.

La dernière étude en date publiée dans « nature Medicine » décrit les effets de la suppression du gène Arntl dans le tissu adipeux de souris.



Les souris n’exprimant plus Arntl dans l’adipocytes deviennent obèses et mangent à des périodes correspondantes au sommeil chez les rongeurs. Elles sont décalées. Une analyse fine de la composition en lipides du tissu adipeux de ces souris, montre une baisse importante en acides gras polyinsaturés. La concentration en acides gras polyinsaturés circulant dans le sang est plus faible conduisant à une baisse de la concentration de ces acides gras dans le cerveau des souris.

Metabolic jet lag when the fat clock is out of sync

Après un repas, et surtout pendant le sommeil, qui dure environs 6-8heures, le tissus adipeux libère des acides gras pour fournir de l’énergie au cerveau.
Les acides gras polyinsaturés, agissent également au niveau de l’hypothalamus, une région du cerveau régulant la prise alimentaire. Les acides gras polyinsaturés ont alors un effet anoréxigènique (coupe faim)

Les souris n’exprimant plus le gène Arntl, ne produisent plus d’acides gras polyinsaturés, au contraire elles stocks les graisses, et l’effet anorexigènique n’est plus présent ; elles mangent plus au lieu de dormir, elles « grignotent ».


Cette étude est la première à mettre en évidence un axe adipocytes-hypothalamus, régulé par un gène de l’horloge biologique et impliquant les acides gras polyinsaturés. Intéressant, les auteurs précisent que la supplémentassions en acides gras polyinsaturés dans l’alimentation des souris réduit l’obésité.

Il est donc tentant de dire qu’il serait préférable de manger un poisson gras, lorsqu’on travail de nuit plutôt qu’une pizza ou un burger mangé sur le pouce.
 

0 commentaires pour Travail de nuit et obésité, un peu de graisse dans l'horloge:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment