Xenelys Cosmeceuticals  - Message ou slogan
RSS Devenir Fan

Articles récents

Diète alternée et changements métaboliques
Les polyphénols: absorption et effets sur l'organisme
Les fibres alimentaires bonnes pour les athlètes
poivron farcie au thon et yaourt
La salade verte un alimentsanté qui cache son jeu

Articles les plus populaires

Carnosine: le nouveau resveratrol ?
Bien dormir, bien manger ou les bienfaits de la paresse
le resveratrol serait bon pour les muscles ?
Le resveratrol: la fin d'un mythe?
Les tomates vertes feraient maigrir ?

Catégories

bien être
l'aliment de la semaine
Nutrition Diabète Sport
Recette de la semaine
Santé

Archives

décembre 2017
novembre 2017
juin 2017
mai 2017
avril 2017
mars 2017
février 2017
janvier 2017
décembre 2016
novembre 2016
octobre 2016
septembre 2016
juillet 2016
juin 2016
mai 2016
avril 2016
mars 2016
février 2016
janvier 2016
décembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
août 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
février 2015
janvier 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
février 2014
janvier 2014
décembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
août 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012

fourni par

Nutrition

Sport et diabète une revue des bénéfices et des risques.


Le diabète, dans la pensée commune, touche des gens biens portants, aimant les bonnes choses et dans la force de l’âge. Ce cliché représente le diabète de type 2, le plus courant.
Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune, qui entraine la destruction des cellules produisant l’insuline. Ce diabète est diagnostiqué généralement dans l’enfance et le traitement consiste à des injections quotidiennes d’insuline afin de maintenir la glycémie (taux de sucre dans le sang) proche de 1 g/l.

Ilôts de langerhans, cellules beta productrices d'insuline. Marquage en brun de l'insuline, à gauche animal non diabétique, à droite animal diabétique. référence revue ci dessous.


Ce traitement, bien que facilité par les progrès techniques (pompe, glucomètre), n’est pas parfait, et des hyperglycémies sont fréquentes. Les complications à long sont nombreuses touchant la vascularisation des membres inférieurs, des organes comme le cœur, le cerveau, les reins, des neuropathies…ce qui dégrade la qualité de vie des diabétiques.

Une revue fait le point sur les connaissances des avantages et des risques dans la pratique d’un sport par les diabétiques de type 1. 
ISRN Endocrinol. 2012;2012:318194. doi: 10.5402/2012/318194. Epub 2012 Dec 2

Il est surprenant d’apprendre que très peu d’équipes de chercheurs s’intéresse à cette problématique et que bien souvent les recommandations des médecins se basent sur des observations faites chez les diabétiques type 2. Pourtant ces maladies sont différentes.
On apprend dans cette revue que les diabétiques de type 1 on une densité osseuse plus faible que la normale du fait du manque d’insuline au début de la maladie, diagnostiquée pendant l’enfance, en phase de croissance. Les sports impliquant des charges musculaires seraient conseillés afin de stimuler l’ostéogenèse comme chez les non diabétiques.
 
Les maladies cardiovasculaires sont un risque important chez les Type1. L’athérosclérose, des cardiomyopathies, des altérations du système nerveux autonome régulant l’activité cardiaque sont des complications qui s’aggravent avec un mauvais contrôle glycémique (Hba1c <8). L’exercice physique améliore les lipides circulant et diminue les risques d’athérosclérose. L’accumulation de collagène dans le muscle cardiaque réduisant sa plasticité s’atténue avec le sport améliorant ainsi les performances cardiaques. Néanmoins, les diabétiques ayant une neuropathie du système autonome régulant les battements cardiaques au cours d’un exercice doivent être suivis et doivent éviter des exercices violents. Un test d’effort chez un cardiologue est recommandé tout les ans avant la pratique régulière d’une activité physique.

La VO2 max est souvent plus faible chez les diabétiques et les performances musculaires plus faibles en raison d’altérations du métabolisme des glucides et des lipides musculaires. L’activité mitochondriale est plus faible. Les mitochondries permettent la production d’énergie à partir de glucose, de lipides ou d’acides aminés en conditions aérobie.
Un entrainement régulier en aérobie, restaure cette capacité mitochondriale à des niveaux proches des personnes non diabétiques.
La pratique régulière d’une activité physique, atténue les douleurs dans les membres inférieurs que connaissent les diabétiques au long court, en raison de neuropathie périphérique. Ceci améliore la qualité de vie et donc une meilleure estime de soi ainsi qu’un meilleur contrôle.

Cette revue est facile à lire et renvoie vers de nombreux articles de qualité. La pratique du sport est recommandé chez les diabétiques de type 1 pour ralentir le développement de complications à long terme causées par des hyperglycémies trop  fréquentes. Il faut néanmoins que le diabétique soit accompagné dans sa démarche et suivi régulièrement par un cardiologue.  Les débuts sont difficiles car la pratique du sport entrainera des hypoglycémies, jusqu’à ce que le diabétique connaisse mieux son corps et apprenne à gérer la quantité d’insuline avant et après l’exercice.

L’idéal est d’utiliser l’expérience d’autres diabétiques en rejoignant des associations ou en visitant des blogs de sportifs diabétique. Team Type 1 est un exemple qui redonne espoir à ceux qui avaient baissés les bras.
 
 

0 commentaires pour Sport et diabète une revue des bénéfices et des risques.:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment