Xenelys Cosmeceuticals  - Message ou slogan
RSS Devenir Fan

Articles récents

Les fibres alimentaires bonnes pour les athlètes
poivron farcie au thon et yaourt
La salade verte un alimentsanté qui cache son jeu
La banane ferait grossir ? soyons sérieux
le lait concentré: Aliment de récupération du sportif

Articles les plus populaires

Carnosine: le nouveau resveratrol ?
Bien dormir, bien manger ou les bienfaits de la paresse
le resveratrol serait bon pour les muscles ?
Le resveratrol: la fin d'un mythe?
Les tomates vertes feraient maigrir ?

Catégories

bien être
l'aliment de la semaine
Nutrition Diabète Sport
Recette de la semaine
Santé

Archives

juin 2017
mai 2017
avril 2017
mars 2017
février 2017
janvier 2017
décembre 2016
novembre 2016
octobre 2016
septembre 2016
juillet 2016
juin 2016
mai 2016
avril 2016
mars 2016
février 2016
janvier 2016
décembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
août 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
février 2015
janvier 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
février 2014
janvier 2014
décembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
août 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012

fourni par

Nutrition

troubles alimentaires et maladie d'Alzheimer


                    Dans les sociétés modernes, où l’opulence de nourriture et l’hyper-médicalisation existent, l’espérance de vie a augmenté ainsi que le nombre de personnes atteintes de maladies dites métaboliques.

Le diabète de type 2, l’obésité, le syndrome métabolique sont des troubles métaboliques ayant des facteurs génétiques et environnementaux. La société moderne, avec des rythmes de vie incompatibles parfois avec une alimentation rationnelle, a entrainé l’apparition de troubles du comportement alimentaire.

L’accès aux soins plus faciles et les progrès des outils de diagnostiques ont permis quant à eux une augmentation de l’espérance de vie. La vie s’allongeant, des pathologies liées à l’âge ont émergé et les troubles neurodégénératifs sont en pleine expansion.

Depuis une décennie à peine, les scientifiques travaillant sur les troubles du comportement alimentaire commencent à intéresser les neurophysiologistes et notamment ceux travaillant sur la sénescence neuronale et les troubles cognitifs comme la maladie d’Alzheimer.
La régulation de la prise alimentaire n’est pas qu’une question de glycémie mais fait appel à un réseau complexe de petites protéines produites par le système gastro-intestinal, le tissu adipeux ou le pancréas qui informent le cerveau de la quantité d’énergie ingurgitée ou nécessaire.
Des études récentes ont mis en évidence que certains de ces peptides pouvaient également avoir un rôle sur la plasticité neuronale.

La plasticité neuronale peut être estimée par la prolifération des neurones, l’activité biochimique des neurones (synthèse de neuromédiateurs) ou par le comportement de l’individu.


(Food for thought: The role of appetitive peptides in age-related cognitive decline.Fadel JR, Jolivalt CG, Reagan LP.Ageing Res Rev. 2013 Feb 13.)

Des études sur l’animal ont démontré que l’injection d’insuline, d’orexine ou de leptine stimulait la croissance de substance grise dans les régions du cerveau sensibles à ces hormones.

Food for thought: The role of appetitive peptides in age-related cognitive decline.Fadel JR, Jolivalt CG, Reagan LP.Ageing Res Rev. 2013 Feb 13.

Les effets anatomiques ont confirmés par à des études comportementales. Des modèles animaux d’Alzheimer, ayant reçu des injections nasales d’insuline ou d’orexine, ont eu une amélioration significative de leur comportement (test de la croix et du labyrinthe).





L’insulineest produite entre autre par le pancréas en réponse à une augmentation du glucose sanguin.
La leptine est produite par le tissu adipeux après un repas et agit sur le cerveau pour induire la satiété.
L’orexine est un peptide synthétisé dans l’intestin avant un repas et stimule la sensation de faim.


L’orexine retarde l’apparition de troubles cognitifs chez des animaux modèles de la maladie d’Alzheimer. Les scientifiques ont fait le rapprochement entre un faible taux sanguin d’oréxine chez des personnes âgées et des troubles cognitifs.

Les diabétiques de type 2 non traités ou mal suivit avec un taux d’hémoglobine glycosylée élevé ont un risque multiplié par 2 de développer des troubles cognitifs avec l’âge. Les diabétiques de type 2 sont résistants à l’insuline.
Une cohorte d'hommes et femmes âgés de 75 ans, ayant une insulinresistance, montra des troubles cognitifs et une diminution de la taille du cerveau.

Diabetes Care. 2012 Mar;35(3):488-94. doi: 10.2337/dc11-2075. Epub 2012 Feb 1

Les différentes équipes travaillant sur le sujet sont d’accord pour admettre que les molécules développées pour les traitements du diabète pourraient également être de bons outils pour retarder l’apparition de la maladie d’Alzheimer. Certaines études montrent des résultats surprenant avec la metformine, couramment utilisée par les diabétiques pour améliorer l’efficacité de l’insuline.


Ces études sont récentes et réalisées chez l’animal mais elles donnent bon espoir car les résultats sont cohérents avec ce que nous observons tous les jours. N’est-il pas courant d’observer des troubles du comportement alimentaire apparaissant avec l’âge ?
Lorsque deux mondes scientifiques se rencontrent, ils communiquent, mettent des compétences en commun et c’est comme ça que la science avance.

Pour une revue complète de ce sujet:










0 commentaires pour troubles alimentaires et maladie d'Alzheimer:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment