Xenelys Cosmeceuticals  - Message ou slogan
RSS Devenir Fan

Articles récents

Diète alternée et changements métaboliques
Les polyphénols: absorption et effets sur l'organisme
Les fibres alimentaires bonnes pour les athlètes
poivron farcie au thon et yaourt
La salade verte un alimentsanté qui cache son jeu

Articles les plus populaires

Carnosine: le nouveau resveratrol ?
Bien dormir, bien manger ou les bienfaits de la paresse
le resveratrol serait bon pour les muscles ?
Le resveratrol: la fin d'un mythe?
Les tomates vertes feraient maigrir ?

Catégories

bien être
l'aliment de la semaine
Nutrition Diabète Sport
Recette de la semaine
Santé

Archives

décembre 2017
novembre 2017
juin 2017
mai 2017
avril 2017
mars 2017
février 2017
janvier 2017
décembre 2016
novembre 2016
octobre 2016
septembre 2016
juillet 2016
juin 2016
mai 2016
avril 2016
mars 2016
février 2016
janvier 2016
décembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
août 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
février 2015
janvier 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
février 2014
janvier 2014
décembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
août 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012

fourni par

Nutrition

paleolithic diet: le pour et le contre

Qu’est ce qu’une bonne alimentation ?
Cette question revient souvent au printemps lorsque des médecins gourous de la nutrition ventent les mérites de leur méthode à coup de communications.
Notre alimentation a changé pendant les 10 000 ans qui nous séparent de nos ancêtres  chasseurs cueilleurs. Notre alimentation a changé mais nos gènes non.






Les chasseurs cueilleurs se nourrissaient de ce qu’ils trouvaient, il n’y avait pas de culture céréalières, pas de tubercules, pas d’animaux d’élevage donc pas de lait. Ils se nourrissaient donc à 75% de fruits, baies, racines et pour le reste d’animaux et poissons.
















Une très belle revue d’une équipe du département de biologie métabolique de l’institut John Innes de Norwich, tente de faire le point sur les connaissances actuelles quant aux bénéfices d’une alimentation de type paléolithique !


Lorsque l’on regarde les courbes d’apparitions dans une population des troubles métaboliques comme le diabète de type 2 ou l’obésité, il est évident que quelque chose est arrivée voilà 50 ans.
Nous étions en pleine révolution verte où il fallait démultiplier les rendements agricoles pour nourrir les populations. Les aliments raffinés (sucre, céréales..) sont apparus puis les aliments transformés.
Les aliments raffinés sont appauvris en nutriments essentiels comme les vitamines. L’exemple du riz polis, blanc, est un exemple d’aliment appauvri en provitamine A conduisant en Asie à 1 enfants sur 3 de moins de 5 ans avec des problèmes de vue.
Nous sommes devenus plus sédentaires et l’alimentation plus accessible et moins chère, secondée par un matraquage publicitaire, contribue également à une augmentation des maladies métaboliques.
Au début des années 2000, le programme national nutrition santé (PNNS) proclame que 5 fruits et légumes par jours étaient la clé d’une bonne santé. Le PNNS se fait l’écho d’une manœuvre marketing orchestrée par des producteurs américains de fruits et légumes désireux de « booster » leurs ventes.

Y a-t-il de réels avantages à consommer moins de graisses et plus de fruits et légumes ? La réponse est oui.
-          Les fibres contenues dans les végétaux ont des effets sur la flore intestinale et ralentissent le transport de glucose intestinal diminuant ainsi l’index glycémique de certains aliments. Les fruits amylacé (riche en amidon) comme la banane permettent un apport d’énergie sans une augmentation massive de la sécrétion d’insuline ce qui limite les fringales et la prise de poids.
 
-          Les phytostérols contenus dans certains légumes comme les brocolis, les carottes, limitent la captation de cholestérol par l’intestin.
 
-          Les catechines (dans le thé, les myrtilles, les crannberry) ont des effets anti-inflammatoires démontrés et améliorent la sensibilité à l’insuline.
 
-          Les effets antioxydants de flavonoïdes ou de molécules comme le resveratrol ont un intérêt limité du fait d’une faible biodisponibilité. Ces molécules passant difficilement la barrière intestinale.
Le régime paléolithique est étudié par la communauté scientifique consciente qu’il n’est pas adaptable à notre mode de vie. Néanmoins des études confirment l’intérêt de consommer  des fruits et légumes à fort contenu en molécules actives comme des polyphénols, des phytostérols ou de l’amidon.
Limiter les graisses animales et supprimer tant que possible les acides gras trans est également un choix pertinent.
 
Le nouveau régime à la mode sera le régime de la famille pierre-à-feu !


2 commentaires pour paleolithic diet: le pour et le contre:

Commentaires RSS
pannet on dimanche 18 août 2013 18:29
j'ai une question rapport à l'article que vous avez mis en lien de Zoe Artcome il écrit que manger des fibres ne nous sert à rien puisque nous ne les digérons pas. "The fact is, we can’t digest fibre. How can something we can’t even digest be so important to us, nutritionally?" que faut'il en penser? dans tous les cas, merci j'ai trouvé votre article et celui en lien plus qu’intéressant Cordialement CP
Répondre au commentaire


Franck Rencurel on mardi 20 août 2013 07:25
Bonjour et merci pour votre commentaire et votre intérêt pour ce blog. En effet les fibres ne sont pas digérées et non en ce sens aucun intérêt nutritionnel puisqu'elles n'apportent pas d'énergie. Mais les fibres sont essentielles pour plusieurs raisons: 1)Elles permettent de maintenir un bon équilibre entre les différentes populations bactériennes de notre intestin. Ces bactéries sont là pour transformer les nutriments et faciliter leur passage dans le sang. 2) Les fibres en ayant une action sur les bactéries, modifient aussi la motilité intestinale et favorisent un bon transite. 3)Les fibres ralentissent le transport des glucides simples, elles jouent un rôle atténuateur et évitent les pics insuliniques ou glycémiques (il est recommandé chez les diabétiques d'accompagner la barre de chocolat avec une tranche de pain complet par exemple.) 4)Enfin de très nombreuses études montrent que les fibres auraient un rôle protecteur contre le cancer colorectal. voilà donc de bonnes raisons de consommer des céréales, des fruits et des légumes.
Répondre au commentaire

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment