Xenelys Cosmeceuticals  - Message ou slogan
RSS Devenir Fan

Articles récents

Les fibres alimentaires bonnes pour les athlètes
poivron farcie au thon et yaourt
La salade verte un alimentsanté qui cache son jeu
La banane ferait grossir ? soyons sérieux
le lait concentré: Aliment de récupération du sportif

Articles les plus populaires

Carnosine: le nouveau resveratrol ?
Bien dormir, bien manger ou les bienfaits de la paresse
le resveratrol serait bon pour les muscles ?
Le resveratrol: la fin d'un mythe?
Les tomates vertes feraient maigrir ?

Catégories

bien être
l'aliment de la semaine
Nutrition Diabète Sport
Recette de la semaine
Santé

Archives

juin 2017
mai 2017
avril 2017
mars 2017
février 2017
janvier 2017
décembre 2016
novembre 2016
octobre 2016
septembre 2016
juillet 2016
juin 2016
mai 2016
avril 2016
mars 2016
février 2016
janvier 2016
décembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
août 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
février 2015
janvier 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
février 2014
janvier 2014
décembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
août 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012

fourni par

Nutrition

sucralose, édulcorants; tout sauf des molécules inertes

Les édulcorants du saccharose (sucre de table) sont de plus en plus présents dans notre alimentation. Leurs bienfaits supposés pour la santé permettent aux industriels de « booster «  leurs ventes et d’améliorer leur image dans une société occidentale où l’obésité et les maladies métaboliques atteignent des niveaux épidémiques.

Les édulcorants naturels ou artificiels sont sous la réglementation des additifs alimentaires. Leur mise sur marché ne nécessite pas d’études de fonctionnalité mais simplement des preuves d’innocuité en toxicité aiguë. C’est encore plus simple lorsqu’on parle des édulcorants naturels comme la stévia.

Pourtant de nombreuses études scientifiques montrent pourtant que ces édulcorants ne sont pas des molécules « inertes » à la saveur sucrée.

De précédentes études ont montré que les édulcorants activaient le transport de glucose dans l’intestin. Ainsi, lorsque vous consommez un repas contenant des glucides, l’apport d’édulcorant facilitera leur métabolisme ce qui n’est en principe pas le but recherché !
Certes des études sur la régulation de la prise alimentaire montrent que les édulcorants n’attisent pas la faim en dépit d’un faible apport calorique. C’est sans doute sur ces études que se base les professionnels de la nutrition pour vanter les bienfaits des édulcorants.
La dernière étude en date concerne le succralose. Cet additif alimentaire (E955) est un dérivé chloré du saccharose (trichlorogalactosaccharose).


Cette molécule au fort pouvoir sucrant (500-600 fois plus que le saccharose) est de plus en plus utilisée pour diminuer le taux de saccharose dans les desserts et boissons sucrées.

Une étude réalisée chez l’homme montre que le sucralose n’est pas inerte !
Des patients obèses non diabétiques ont subit une charge de glucose  en ayant au préalable absorbé une quantité d’eau ou de sucralose. Des mesures  de glycémie, d’insuline, de glucagon ont été réalisées à différents intervalles de temps après ingestion.

Le sucralose n’est pas «  inerte » dans la mesure où il entraine des changements métaboliques  en augmentant la glycémie et la sécrétion d’insuline.



Le sucralose comme d’autres édulcorants activerait le transport de glucose intestinal via l'activation du "sweet taste receptor".

Autre effet surprenant, le sucralose semble induire une insulinoresistance et ralentirait la "clearance" de l'insuline. Les auteurs ne peuvent pas expliquer ce mécanisme dans la mesure où l’étude est faite chez l’homme. Cette insulinoresistance peut être hépatique, le foie continuant de produire du glucose malgré la prise d’un repas, ou musculaire, les muscles n’absorbant pas assez de glucose.
Ce qu’il faut retenir de cette étude c’est que pour des raisons commerciales, les industriels et professionnels de la diététique considère les édulcorants comme de simples molécules « sucrées ».

Les études faites chez l’homme et l’animal tendent à prouver le contraire. Les édulcorants comme le sucralose, activent le transport de glucose dans l’intestin par l’intermédiaire du « sweet taste receptor » et par conséquent stimulent la sécrétion d’insuline.
La consommation simultanée d’édulcorants avec d’autres glucides favorisera donc la prise de poids.
Chez les sujets diabétiques, l’hyperglycémie post-prandiale sera accentuée.

Mangez sainement consiste à avoir 55% de ses apports caloriques sous formes de glucides et seulement 1/3 maximum de sucres rapides (glucose, saccharose, fructose).

Ne culpabilisez pas au contraire, pensez qu’un morceau de sucre sera toujours meilleur qu’un édulcorant.

Références:

Pepino MY, Tiemann CD, Patterson BW, Wice BM, Klein S.
Diabetes Care. 2013 Apr 30


Gerspach AC, Steinert RE, Schönenberger L, Graber-Maier A, Beglinger C.
Am J Physiol Endocrinol Metab. 2011 Aug;301(2):E317-25. doi: 10.1152/ajpendo.00077.2011. Epub 2011 May 3

Renwick AG, Molinary SV.
Br J Nutr
. 2010 Nov;104(10):1415-20. doi: 10.1017/S0007114510002540. Epub 2010 Jul 12. Review
 

0 commentaires pour sucralose, édulcorants; tout sauf des molécules inertes:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment