Xenelys Cosmeceuticals  - Message ou slogan
RSS Devenir Fan

Articles récents

Diète alternée et changements métaboliques
Les polyphénols: absorption et effets sur l'organisme
Les fibres alimentaires bonnes pour les athlètes
poivron farcie au thon et yaourt
La salade verte un alimentsanté qui cache son jeu

Articles les plus populaires

Carnosine: le nouveau resveratrol ?
Bien dormir, bien manger ou les bienfaits de la paresse
le resveratrol serait bon pour les muscles ?
Le resveratrol: la fin d'un mythe?
Les tomates vertes feraient maigrir ?

Catégories

bien être
l'aliment de la semaine
Nutrition Diabète Sport
Recette de la semaine
Santé

Archives

décembre 2017
novembre 2017
juin 2017
mai 2017
avril 2017
mars 2017
février 2017
janvier 2017
décembre 2016
novembre 2016
octobre 2016
septembre 2016
juillet 2016
juin 2016
mai 2016
avril 2016
mars 2016
février 2016
janvier 2016
décembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
août 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
février 2015
janvier 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
février 2014
janvier 2014
décembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
août 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012

fourni par

Nutrition

Sport et diabète: le potassium aussi !





















L’activité physique est une  composante importante dans le traitement du diabète.   Les diabétiques peuvent embrasser une carrière de haut niveau avec succès, les médaillés olympiques en natation ou aviron le prouvent. 









Sir Steven Redgrave multiple médaillé olympique en aviron aux J.O d'Athene et gary Hall Jr médaillé olympique en natation


La principale préoccupation du sportif  diabétique est le maintient de sa glycémie afin de finir l’épreuve en toute sécurité. L’athlète diabétique pensera donc à ses rations sucrées mais négligera peut être ses apports en minéraux comme le potassium. 

Les apports recommandés sont de 2 à 5g/24h et ils sont suffisamment couvert par une alimentation riche en fruits et légumes.
Le sportif devra toutefois veiller à rétablir l’équilibre potassique suite aux pertes liées à la transpiration. Les pertes urinaires en potassium sont également à prendre en compte lors d’épisodes hyperglycémiques, qui augmentent  la diurèse. L’utilisation de diurétiques (à l’exception des anti-aldostérones), ou un régime hyposodé peut  aussi entrainer des fuites de potassium, l’organisme « épargne » le sodium au détriment du potassium. 

Le potassium est un ion important dans la contraction musculaire et la synthèse de glycogène (sucre de réserve musculaire). Le potassium  influence donc  la résistance et la récupération musculaire par ses actions sur la contraction et le métabolisme musculaire. Le potassium sanguin est rapidement capté par les muscles et le foie alors que les reins s’occupent de maintenir la kaliémie (potassium sanguin) à plus long terme en éliminant les excès par les urines. La capacité de résistance et de récupération d’un muscle est liée à  sa capacité à capter le potassium "perdu "dans le sang au cours de l'effort musculaire.  
L’entrée du potassium dans les muscles se fait grâce à un canal situé au travers de la membrane des cellules musculaires. Le transport des ions sodium et potassium se fait avec consommation d’énergie (hydrolyse d’ATP). Ces canaux aussi appelé « pompe » permettent la sortie du sodium et l’entrée du potassium dans la cellule musculaire après passage de l’influx nerveux déclenchant la contraction. Le transport se fait à raison de 3 ions Sodium contre 2 ions potassium.

Le  nombre de canaux potassium dans les cellules musculaires est augmenté par l’action de  l’insuline, la contraction musculaire et l’état nutritionnel.   Les sportifs diabétiques qui réduisent leurs doses d’insuline de 30 à 50% avant un entrainement ou une compétition pour limiter les risques d’hypoglycémie ou ceux qui les abaissent en vue de perdre du poids avant une compétition s’exposeraient donc à une baisse du nombre de canaux potassium musculaires. Les muscles auraient alors moins d’efficacité à capter le potassium ce qui pourrait altérer les performances contractiles. 
L’insuline est un moyen d’optimiser la récupération en stimulant à la fois la mise en réserve de glucose sous forme de glycogène mais aussi optimisant l’entrée de potassium dans les muscles. Les diabétiques peuvent difficilement avoir recours aux injections d’insuline après l’effort en raison des risques important d’hypoglycémies.  

Comment augmenter l’activité de la « pompe » à potassium sans avoir recours à l’insuline ? 

Une équipe de scientifique a élaborée un protocole permettant de stimuler la pompe à potassium  musculaire sans avoir recours à l’insuline.
Il s’agit d’une méthode d’entrainement fractionné qui à moyen terme permet de meilleures performances grâce à une optimisation de l’expression de la pompe à potassium. 

En entrainant les muscles par des fractions de 30s à 130% de la VO2max suivies par des phases de repos de 3-4 minutes, 3 à 4 fois par semaines pendant une durée de 7 semaines, le nombre de canaux potassiques augmentent dans les muscles améliorant ainsi la capacité de captage de potassium. La kaliémie (potassium sanguin) est alors abaissée après l’effort ce qui suggère que les muscles « repompent » plus de potassium perdu dans le sang qu’avant l’entrainement.



  La récupération est aussi améliorée, la fatigue musculaire atténuée et l’hyperglycémie réactionnelle est abaissée.

Ces travaux ont aussi pu mettre en évidence une corrélation entre potassium sanguin et hyperglycémie après l’effort.  Il s’agit ici d’efforts à court terme, entrainant une hyperglycémie réactionnelle suite à l’augmentation des catécholamines. 

Les aliments riches en potassium et pauvres en sodium sont les fruits et légumes.

Les lentilles (1,2g/100g), les raisins secs (700mg/100g), les abricots secs (1,6g/100g) les pommes de terres (500mg/100g) et les bananes (380mg/100g) seront des aliments à choisir dans les rations précompétitives ou de récupération.  

  Ainsi, avant une épreuve, la ration d’entrainement sera à base de pommes de terre (cuisson en robe des champs ou vapeur pour limiter les pertes en minéraux), avec des fruits frais en dessert. Les raisins secs sont un apport intéressant à la fois en potassium mais aussi en glucides à faible indice glycémique. Ils pourront accompagner le sportif diabétique tout au long de son activité. La banane est conseillée en récupération car moins pratique à transporter durant l’effort.
Certains médecins spécialistes du sport recommande de manger tous les jours soit une banane soit un portion de fruits secs afin de maintenir le potassium et magnésium à des niveaux optimum.

Enfin une bonne hydratation avant pendant et après l’effort  permet de maintenir un bon niveau d’électrolytes comme le potassium et le sodium. Parmi les eaux minérales les plus riches en potassium et autres minéraux, Vichy, Hépar, Courmayeur,Rozana sont à conseiller.   


Références:


J Appl Physiol (1985). 2006 Jan;100(1):26-34. Epub 2005 Sep 22


Diabetes Care. 2008 Nov;31(11):2097-102. doi: 10.2337/dc08-0329. Epub 2008 Aug 20. Erratum in: Diabetes Care. 2009 Mar;32(3):523
 

0 commentaires pour Sport et diabète: le potassium aussi !:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment