Xenelys Cosmeceuticals  - Message ou slogan
RSS Devenir Fan

Articles récents

Les fibres alimentaires bonnes pour les athlètes
poivron farcie au thon et yaourt
La salade verte un alimentsanté qui cache son jeu
La banane ferait grossir ? soyons sérieux
le lait concentré: Aliment de récupération du sportif

Articles les plus populaires

Carnosine: le nouveau resveratrol ?
Bien dormir, bien manger ou les bienfaits de la paresse
le resveratrol serait bon pour les muscles ?
Le resveratrol: la fin d'un mythe?
Les tomates vertes feraient maigrir ?

Catégories

bien être
l'aliment de la semaine
Nutrition Diabète Sport
Recette de la semaine
Santé

Archives

juin 2017
mai 2017
avril 2017
mars 2017
février 2017
janvier 2017
décembre 2016
novembre 2016
octobre 2016
septembre 2016
juillet 2016
juin 2016
mai 2016
avril 2016
mars 2016
février 2016
janvier 2016
décembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
août 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
février 2015
janvier 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
février 2014
janvier 2014
décembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
août 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012

fourni par

Nutrition

Travail de nuit et surpoids: la dépense énergétique totale en baisse


Manger pendant la nuit alors que nous sommes des animaux diurnes, conduit à ce qu’on appel un décalage de l’horloge biologique.
Les risques d’un tel décalage ont été mis en évidence par l’étude de personnes travaillant la nuit. Le travail de nuit est un facteur de risque dans le développement de nombreuses maladies (diabète, cardiovasculaires, cancers) ainsi que dans la prise de poids.
Les  raisons du surpoids chez les travailleurs de nuit sont mal connues car l’apport calorique n’est pas différent des travailleurs de jour. Néanmoins la qualité des repas varie, avec une plus grande consommation d’aliments sucrés chez les travailleurs de nuit au détriment des fruits et légumes.

Une étude récente publiée dans la prestigieuse revue de l’académie des sciences américaine montre qu’un décalage avec l’horloge biologique peut avoir des conséquences métaboliques.
Les chercheurs ont fait subir à plusieurs volontaires en bonne santé, des décalages horaires semblables à la prise de poste de nuit. Ils ont mesuré l’apport calorique, le métabolisme, la dépense calorique liée au métabolisme des macronutriments ainsi que les concentrations sanguine de leptine (hormone satiétante) et Ghrelin (hormone appétante) chez les volontaires.

Lors du premier jour de décalage la dépense énergétique est légèrement augmentée du fait d’un temps d’éveil plus long et donc une période d’activité plus longue. La privation de sommeil augmente la dépense énergétique totale. Après quelques jours d’adaptation au décalage jours/nuit, la dépense énergétique totale des sujets baisse d’environ 50Kcal alors que les apports caloriques ne diminuent pas.

Cette baisse de la dépense énergétique totale est en partie causée par une diminution de la dépense énergétique liée au métabolisme des aliments. En effet, les aliments fournissent de l’énergie mais la digestion est consommatrice d’énergie et représente environ 10% de la dépense énergétique totale. Il a été montré qu’un simple excédant de 50 Kcal de la balance énergétique quotidienne conduit à une prise de poids au cours du temps.
Le travail de nuit augmentant la fatigue, le niveau d’activité physique est également moindre chez les travailleurs de nuit, ce qui amplifie le déséquilibre de la balance énergétique totale. Lorsqu’on travaille de nuit il est donc important de diminuer sa ration par rapport à celle nécessaire au même travail réalisé le jour. Insister sur la consommation de fruits et légumes peut permettre un tel contrôle. La baisse de consommation d’énergie durant la nuit fait réfléchir quand à l’impact des repas pris tard le soir ou les en-cas pris devant la télévision après 20h.

Bien sûr cette étude a des limites comme par exemple la taille de l’échantillon (14 volontaires) et le fait qu’elle soit réalisée dans un environnement contrôlé. Les auteurs de l’article reconnaissent que dans un environnement non contrôlé, les variations pourraient être plus importantes.    

références:

McHill AW, Melanson EL, Higgins J, Connick E, Moehlman TM, Stothard ER, Wright KP Jr.
Proc Natl Acad Sci U S A. 2014 Nov 17. pii: 201412021.

Baron KG, Reid KJ, Kern AS, Zee PC.
Obesity (Silver Spring). 2011 Jul;19(7):1374-81. doi: 10.1038/oby.2011.100. Epub 2011 Apr 28


   

0 commentaires pour Travail de nuit et surpoids: la dépense énergétique totale en baisse:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment