Xenelys Cosmeceuticals  - Message ou slogan
RSS Devenir Fan

Articles récents

Les fibres alimentaires bonnes pour les athlètes
poivron farcie au thon et yaourt
La salade verte un alimentsanté qui cache son jeu
La banane ferait grossir ? soyons sérieux
le lait concentré: Aliment de récupération du sportif

Articles les plus populaires

Carnosine: le nouveau resveratrol ?
Bien dormir, bien manger ou les bienfaits de la paresse
le resveratrol serait bon pour les muscles ?
Le resveratrol: la fin d'un mythe?
Les tomates vertes feraient maigrir ?

Catégories

bien être
l'aliment de la semaine
Nutrition Diabète Sport
Recette de la semaine
Santé

Archives

juin 2017
mai 2017
avril 2017
mars 2017
février 2017
janvier 2017
décembre 2016
novembre 2016
octobre 2016
septembre 2016
juillet 2016
juin 2016
mai 2016
avril 2016
mars 2016
février 2016
janvier 2016
décembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
août 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
février 2015
janvier 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
février 2014
janvier 2014
décembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
août 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012

fourni par

Nutrition

Manger sain n'est pas bon pour la santé!

Que cherchent les pouvoirs publics et les professionnels de santé lorsqu’ils nous dictent sans cesses les bonnes façons de manger ?

Il ne se passe pas une semaine sans qu’il y ait à la télévision un reportage sur tel ou tel aliment et les risques d’en consommer. Le programme National Nutrition Santé avait déjà posé les premiers jalons en imposant 5 fruits et légumes par jours puis 3 produits laitiers et maintenant 2 fois par semaines du poisson.

Au final, le consommateur ne sait plus quoi manger. Avide d’information, il croit bien faire en lisant les étiquettes et en traçant l’additif ou le nutriment fauteur de trouble. Nous ne mangeons plus par plaisir et envie mais pour soit disant être en meilleure forme et vieillir moins vite. Nous sommes plus attentifs aux aliments qu’aux cosmétiques et compléments alimentaires que nous consommons et qui pourtant ne sont pas anodins pour la santé.


L’orthoréxie (orthorexia nervosa) apparaît de plus en plus en consultation. Je rencontre des  personnes qui ne souhaitent pas manger du poisson à cause des métaux lourds, des fruits et légumes à cause des pesticides et de la viande car elle donnerait le cancer  sans oublier le lait qui serait un poison !  L’orthoréxie est l’antichambre de troubles du comportement alimentaire plus graves comme l’anorexie. Plusieurs études ont montré l’impact des médias sur le développement de l’orthorexie et la dangerosité des modifications du comportement alimentaire.

Varga M, Thege BK, Dukay-Szabó S, Túry F, van Furth EF.
BMC Psychiatry. 2014 Feb 28;14:59. doi: 10.1186/1471-244X-14-59.


Les médecins vont plus vite que les chercheurs dans la conclusion de résultats scientifiques et ne font pas l’effort d’aller chercher l’information à la source. Par manque de temps ou d’envie, ils n’accèdent souvent qu’à des revues synthétiques.
Il n’y a pas si longtemps les acides gras saturésétaient bannis de nos assiettes car jugés responsables des maladies cardiovasculaires alors qu’ils reviennent par la petite porte depuis qu’ils ont été disculpés au profit d’une protéine de la viande qui serait elle responsable de ces effets. Jusqu’aux prochaines découvertes ! On oubli souvent qu’une composante génétique existe aussi dans le développement de maladies cardiovasculaires.
Vecoli C. Methods Mol Biol. 2015;1299:51-64. doi: 10.1007/978-1-4939-2572-8_4
 
Les études de populations et les effets de certains comportements alimentaires sont à relativiser. La génétique, les comportements annexes (cigarette, alcool, activité physique, vie en milieu urbain..) sont autant de facteurs pouvant conduire à des biais et des erreurs d’interprétation.

La consommation de viande rouge, grillée serait responsable du cancer colorectal ? Les études reposent sur des corrélations plutôt que sur des faits réellement démontrés. Le benzo-A-pyrene est le faiseur de trouble, produit par la combustion de la viande. Cette molécule est cancérigène mais les études réalisées chez l’homme ne permettent pas de conclure à un effet direct de la molécule sur le développement de la maladie.  Comme l’explique les auteurs d’une revue récente faisant le point sur les données existantes, la prévention du cancer colorectale passerait par une augmentation de l’activité physique, une diminution du tabac, de l’alcool, une réduction de la consommation de viande rouge sans que ce soit réellement démontré !
 “CRC is a preventable disease through the modification of associated risk factors, including physical inactivity, obesity and overweight, excessive meat intake, smoking and alcoholic beverage consumption. Nonetheless, epidemiological evidence in this regard is not conclusive so further research is warranted ( Diet and colorectal cancer.Baena R, Salinas P.Maturitas. 2015 Mar;80(3):258-64. doi: 10.1016/j.maturitas.2014.12.017. Epub 2015 Jan 9. Review).

D’ailleurs l’apparition de cancer serait dans certains cas due à la mal chance !
Biomedicine. The badluck of cancer.Couzin-Frankel J.Science. 2015 Jan 2;347(6217):12. doi: 10.1126/science.347.6217.12. No abstract available.
 
Le lait est aussi pointé du doigt comme un aliment “poison”! C’est pourtant la meilleure source de protéines, source de lactose (facilitant l’absorption du calcium), stimulateur du système immunitaire, antibactérien protégeant ainsi la prolifération de bactéries pathogènes dans l’intestin…
Il peut y avoir des restrictions chez les personnes déficientes en lactase ou allergiques à l’albumine mais cela représente une faible proportion de la population. Le lait peut être critiqué lorsqu’on voit les fermes de 1000 vaches avec un risque d’avoir des contaminations aux médicaments et antibiotiques mais de là à dire que le lait est « poison », aucune étude sérieuse permet de le dire.
Hsieh CC, Hernández-Ledesma B, Fernández-Tomé S, Weinborn V, Barile D, de Moura Bell JM.
Biomed Res Int. 2015;2015:146840. Epub 2015 Feb 19. Review.
 
Il faut donc redevenir raisonnable et raisonné dans nos choix alimentaires. Ne pas oublier que même si nous mangeons soit disant moins bien que nos grands parents nous avons gagné 30 ans d’espérance de vie !

Dans certaines situations pathologiques (surpoids, diabète, obésité, dyslipidémies, allergies, intolérances..) il est important de surveiller son alimentation. En dehors de cela, il ne faut pas oublier le goût, le plaisir et le temps de manger.



Oubliez les étiquettes et composez vos repas à l’instinct, vous serez surpris de voir qu’au final vous n’êtes pas si loin de la vérité !
 

 

 

0 commentaires pour Manger sain n'est pas bon pour la santé!:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment