Xenelys Cosmeceuticals  - Message ou slogan
RSS Devenir Fan

Articles récents

Diète alternée et changements métaboliques
Les polyphénols: absorption et effets sur l'organisme
Les fibres alimentaires bonnes pour les athlètes
poivron farcie au thon et yaourt
La salade verte un alimentsanté qui cache son jeu

Articles les plus populaires

Carnosine: le nouveau resveratrol ?
Bien dormir, bien manger ou les bienfaits de la paresse
le resveratrol serait bon pour les muscles ?
Le resveratrol: la fin d'un mythe?
Les tomates vertes feraient maigrir ?

Catégories

bien être
l'aliment de la semaine
Nutrition Diabète Sport
Recette de la semaine
Santé

Archives

décembre 2017
novembre 2017
juin 2017
mai 2017
avril 2017
mars 2017
février 2017
janvier 2017
décembre 2016
novembre 2016
octobre 2016
septembre 2016
juillet 2016
juin 2016
mai 2016
avril 2016
mars 2016
février 2016
janvier 2016
décembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
août 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
février 2015
janvier 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
février 2014
janvier 2014
décembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
août 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012

fourni par

Nutrition

Dédiabolisons les édulcorants



L'obésité et le surpoids sont en croissance exponentielle et atteignent des niveaux qui sont qualifiés d'épidémiques dans les pays industrialisés.

La consommation d'aliments riches en sucre est pointée du doigt ce qui obligeat les industriels de l'agroalimentaire à développer des édulcorants du sucre.

Les edulcorants du sucre sont des molécules qui sont reconnues par les papilles gustatives comme des aliments sucrés mais qui ne contiennent pas ou très peu d'énergie (1g de glucose=4Kcalories).

La reconnaissance du goût sucré est caratéristiques des herbivores et des ommnivores que nous sommes mais est abscente chez les carnivores. Cette saveur sucrée est importante car elle nous permet de reconnaitre des aliments énergétiques à disponibilité rapide et donc utiles dans l'immédiat.

La saveur sucrée active certaines zones du cerveau comme la zone de récompense et la mémoire. Ces mécanismes permettaient à notre ancêtre chasseur cueilleur de se rappeler l'endroit où il avait trouvé les aliments sucrés necessaires à sa survie.

Les édulcorants on un pouvoir sucrant supérieur à celui du saccharose (sucre de table) mais sont reconnus par les même récepteurs des papilles gustatives spécialisés dans le goût sucré. Les signaux vers le cerveau sont légèrement différents mais atteignent les mêmes cibles. la zone de récompense est stimulée et la mémoire également activée.

Les édulcorants font manger plus?

La croyance populaire consiste à dire que la consommation d'édulcorants conduit à une augmentation de la consommation d'autres aliments puisqu'il y aurait une séparation entre saveur sucrée et énergie (l'edulcorant étant égal à 0).

De nombreuses études ont été réalisées en Europe et aux Etats Unis sur des volontaires sains, des personnes en surpoids ou des enfants. Aucunes n'a permis de montrer une augmentation des rations chez les sujets consommant des édulcorants. Il y a dans certains cas une augmentation de l'appétit mais le repas qui suit n'est pas significativement différent ni plus calorique.

Les édulcorants font grossir ?

Il existe encore dans le milieu médical des médecins qui disent à leurs patients que la consommation d'édulcorants fait prendre du poids car comme le sucre, ils stimule la sécrétion d'insuline.
Le glucose (issu du saccharose) stimule la sécrétion d'insuline par l'intermédiare de son transport jusqu'au pancréas et par son métabolisme. Les édulcorants ne sont ni transportés ni métabolisés comme le  sucre. Il n'y a donc pas de sécrétion d'insuline!

Des méta-analyses, c'est à dire des compilations de toutes les études existantes sur un sujets on même mis en évidence que l'utilisation d'édulcorant permetde diminuer significativement la consommation de sucre et aide à la perte de poids.

Les édulcorants habituent au goût sucré?

Le glucose a la capacité à stimuler la production de dopamine dans le cerveau ce qui a incité certains à considérer le sucre comme addictif au même titre que l'alcool ou les drogues. Ce principe est largement débattu dans la communauté scientifique et aucune étude n'est encore en mesure de démontrer par A+B que le sucre est addictif.

L'étude DRINK réalisée chez des enfants aux Etats Unis a montré que la consommation de sodas edulcorés n'augmentait pas la consommation de soda ni la consommation d'aliments sucrés.
Dans certains cas, chez les sujets obèses, une diminution du nombre de récepteurs à la dopamine dans le cerveau existe. Chez ces sujets uniquement, la faible expression de recepteur Dopaine diminue la réponse et incite à consommer plus de substances dopamine secretrices comme le sucre, l'alcool, le tabac. Il est encore prématuré d'affirmer que chez ces personnes c'est la consommation de sucre qui abaisse le nombre de récepteurs dopamine ou pas.

Conclusion:

Les édulcorants sont décriés car issues de l'inductrie agrochimique et donc à contre courant de la recherche de plus de naturel.
Les suspicions de  toxicité dont l'aspartam a été victime sont remises en question. Il faut qu'il y ait des études, sans conteste mais l'acharnement est inutile lorsque les résultats sont négatifs.
Les édulcorants ne remplacent pas le sucre dans l'alimentation lorsqu'on est en pleine santé et chez les jeunes enfants (Ceratins édulcorants contiennent des acides aminés pouvant "fatiguer" les reins des plus jeunes)

.Néanmoins les édulcorants sont un outils interessant pour la gestion et le maintient de la perte de poidslors d'un régime hypocalorique, surtout chez les personnes ayant beaucoup d'appétance pour le sucre.

Références:


de Ruyter JC, Katan MB, Kuijper LD, Liem DG, Olthof MR.
PLoS One. 2013 Oct 22;8(10):e78039. doi: 10.1371/journal.pone.0078039. eCollection 2013


Bellisle F.
Curr Obes Rep. 2015;4(1):106-110. Review


Rogers PJ, Hogenkamp PS, de Graaf K, Higgs S, Lluch A, Ness AR, Penfold C, Perry R, Putz P, Yeomans MR, Mela DJ.
Int J Obes (Lond). 2015 Sep 14. doi: 10.1038/ijo.2015.177. [Epub ahead of print] Review










0 commentaires pour Dédiabolisons les édulcorants:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment