Xenelys Cosmeceuticals  - Message ou slogan
RSS Devenir Fan

Articles récents

Diabète de type 1 et myopathie
Le contact avec la nature diminuerait le stress mais..
L'huile d'Origan contre les bactéries
Le sel: coupable ou innocent ?
Changement d'heure et digestion

Articles les plus populaires

Carnosine: le nouveau resveratrol ?
Bien dormir, bien manger ou les bienfaits de la paresse
le resveratrol serait bon pour les muscles ?
Le resveratrol: la fin d'un mythe?
Les tomates vertes feraient maigrir ?

Catégories

bien être
l'aliment de la semaine
Nutrition Diabète Sport
Recette de la semaine
Santé

Archives

mai 2018
avril 2018
mars 2018
février 2018
janvier 2018
décembre 2017
novembre 2017
juin 2017
mai 2017
avril 2017
mars 2017
février 2017
janvier 2017
décembre 2016
novembre 2016
octobre 2016
septembre 2016
juillet 2016
juin 2016
mai 2016
avril 2016
mars 2016
février 2016
janvier 2016
décembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
août 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
février 2015
janvier 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
février 2014
janvier 2014
décembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
août 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012

fourni par

Nutrition

Obésité, MICI, Microbiote: la faute aux additifs alimentaires?

L’obésité et les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) sont en augmentation depuis 50 ans. De nombreuses équipes tentent de comprendre et d’identifier la cause d’une telle augmentation. On a longtemps invoqué le sucre, les aliments à forte densité calorique sans que l’on puisse vraiment décrire le mécanisme ni incriminer l’un ou l’autre. L’obésité et les MICI ont en commun une inflammation accrue tant au niveau local (intestin) qu’au niveau systémique (dans tout l’organisme). Cette inflammation qualifiée de « bas grade » par opposition à une inflammation aigue résultante d’une agression.


On sait maintenant que certaines molécules inflammatoires interfèrent avec le métabolisme énergétique comme sur la réponse à l’insuline. Ces molécules ont la capacité de réduire l’efficacité de l’insuline sur son récepteur conduisant à long terme une résistance à l’insuline pouvant aboutir à un diabète.


L’intestin est la première barrière permettant la transformation et l’absorption des nutriments, vitamines et minéraux issues des aliments.

La barrière intestinale est composée des cellules de l’intestin, fermement arrimées entre elles, du mucus faisant office de barrière physique, de bactéries, levure, champignons vivant en symbiose. Lorsque l’équilibre est rompu, il apparait une dysbiose, illustrée par la diarrhée par exemple.

Une inflammation de l’intestin augmente la perméabilité intestinale, laissant le passage à des molécules, des bactéries, supposées ne pas atteindre la circulation sanguine, ce qui entraine une réaction inflammatoire et/ou des intolérances.

Les études sur le microbiote intestinal sont nombreuses et c’est un domaine de recherche en vogue actuellement. Enormément d’études montrent chez l’animal (souris ou rats) des effets d’une modification du microbiote sur de nombreux paramètres comme le poids, le comportement alimentaire, les fonctions cognitives sans que ce soit encore vérifié chez l’homme.

Pour cela, les vendeurs de probiotiques ne s’encombrent pas d’études ni de vérités, l’essentiel étant de faire de l’argent …

Une nouvelle hypothèse suggère que les additifs alimentaires pourraient interferer avec l’équilibre du microbiote et seraient en partie responsable  de l’inflammation observée dans l’obésité ou les MICI.  Les additifs en question sont des emulsifiants couramment utilisés dans l’industrie agro-alimentaire comme agent texturant ou conservateur.

Le polysorbate 80 ou E433 est un émulsifiant permettant d’avoir des textures homogènes dans des préparations contenant des matières grasses tandis que le  carboxymethylcellulose (E468, E469) est plutôt utilisé comme liant et épaississant.

En faisant consommer des aliments contenant ces additifs à des souris, les auteurs ont observé une augmentation de l’inflammation « bas grade », une augmentation de la prise alimentaire et un surpoids chez les animaux. Ils ont par la suite observé des changements dans la composition du microbiote (certaines supposées bonnes bactéries disparaissant au détriment d’autres qualifiées de « mauvaise »). Plus surprenant, des changements dans des neuro-hormones impliquées dans la régulation de la prise alimentaire ont également été observés chez ces animaux. Enfin, les auteurs décrivent également un état dépressif et des changements de comportement chez les animaux ayant consommé ces additifs.

Bien entendu ces études sont encore à prendre avec caution et prudence car les liens entre microbiote et obésité ne sont pas clairement définis chez l’homme. Néanmoins, certaines études ont associés additifs alimentaire et hyperactivité chez l’enfant, on peut alors imaginer des possibles effets sur le comportement alimentaire de telles molécules.

Limiter sa consommation d’aliments industriels c’est déjà réduire sa consommation de sel et de sucre et c’est déjà bénéfique pour la santé.

Une histoire à suivre

Références:



Viennois E, Chassaing B.
Gut Microbes. 2018 Feb 13:1-4

 

2 commentaires pour Obésité, MICI, Microbiote: la faute aux additifs alimentaires? :

Commentaires RSS
Beaumont on mercredi 7 mars 2018 12:12
It's awesomе in favor of me to have a web page, which is useful in favor of my knowⅼedgе. thanks admin
Répondre au commentaire


Franck on jeudi 8 mars 2018 06:58
Thanks for your comment and encouragements. Franck
Répondre au commentaire

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment